fbpx

Thwaites, ou le « talon d’Achille »
de l’Antarctique

Le fameux « glacier de l’apocalypse » en péril

Depuis les années 1980, chaque décennie est plus chaude que la précédente.

L’année 2021 n’aura pas été exemptée par le dérèglement climatique, faisant d’elle l’une des sept années les plus chaudes jamais enregistrées d’après l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM).


Qu’est-ce que le Glacier de Thwaites

Le réchauffement de la planète va s’accentuer, en raison des activités humaines et plus particulièrement à la combustion d’énergies fossiles (charbon, pétrole et gaz), mettant en cause les niveaux records de gaz à effet de serre présents dans l’atmosphère.

Au-delà des conséquences irrémédiables que le réchauffement climatique a sur les écosystèmes, sur l’aggravation et la multiplication des catastrophes naturelles ou encore l’augmentation des crises alimentaires et de l’eau, c’est à nouveau un enjeu de taille qui se dessine sous nos yeux.
Un enjeu de taille, c’est le cas de le dire ! En effet, c’est un colosse de glace de 120 km de large, 600 km de long et 3 km de profondeur (équivalent à la taille de l’État de Floride ou de la taille de la Grande-Bretagne) nommé le Glacier de Thwaites en Antarctique, surnommé « le glacier de l’apocalypse ».

Comme vous devez vous en douter, ce surnom n’est pas anodin. Représenté comme étant le « talon d’Achille » de l’Antarctique par les glaciologues qui surveillent son évolution, le glacier de Thwaites fond et déverse 50 milliards de tonnes de glace dans les océans chaque année. Une catastrophe mondiale qui a pour conséquence de fissurer de plus en plus vite le glacier avec l’apparition de cassures inquiétantes sur la plateformes de glace qui maintient le glacier. Il a en quelque sorte un rôle de « bouchon » car c’est la partie flottante qui freine le glacier situé au-dessus.

Que disent les études ?

Les récentes études menées à ce sujet on permis d’établir que la zone flottante du glacier est susceptible de fondre d’ici cinq ans, un point de non- retour qui pourrait entrainer sa disparition totale. Si tout le glacier vient à disparaître, le niveau de la mer montera de 65 centimètres à court termes et une élévation de 3 mètres dans le siècle à venir est à prévoir.

De plus, si le glacier Thwaites ce disloque complètement, c’est toute une série de glaciers qui suivra inévitablement, entraînant une augmentation phénoménale du niveau de la mer. Et d’après Catherine Ritz, directrice de recherche à l’Institut des géosciences de l’environnement de Grenoble « Il y a d’autres points faibles dans l’est du continent mais c’est bien ce glacier qui est crucial pour le siècle à venir ».


Que faut-il retenir de cette information ?

Il est donc primordiale de limiter nos émissions de gaz à effet de serre afin de préserver notre belle nature, nos zones côtières et états insulaires, qui pourraient disparaître sous les eaux. Entraînant ainsi des conséquences catastrophiques pour des centaines de millions de personnes.

Pour vous aidez à œuvrer dans ce sens, retrouvez notre dernier article sur « Les bonnes pratiques pour limiter ses émissions de gaz à effet de serre »

Revenir aux actualités